Compétences importantes

Bien sûr, le poker est un jeu mais le dicton "l'essentiel, c'est d'avoir participé" ne s'applique pas du tout ici, puisque le but même du jeu est de gagner ... de l'argent. Et quand on parle d'argent, tout change! Il est donc normal que certaines compétences soient requises pour être qualifié de bon joueur. Il y a le côté gestion du budget, la maîtrise de la discipline dans laquelle on joue, l'esprit de discernement et le côté psychologique du jeu.

Être un bon gestionnaire

Les principes

Le sens du jeu de poker est de gagner. A la différence des autres jeux où "gagner" signifie le plus souvent vaincre ses adversaires, gagner au poker c'est plutôt prendre le pot. Un autre sens de gagner est aussi ne pas perdre. Donc, n'investir que si c'est nécessaire car ce qui compte le plus c'est de ne pas perdre. Un truc à connaître, c'est que dans le "limit", le risque est de perdre son argent petit à petit, et que dans le "no limit", c'est tout perdre d'un coup.

Relance

Avant de prendre la décision de relancer, il faut avoir évalué sa main. Une manière simple de le faire est de calculer la cote du pot et celle qu'on devrait jouer et faire après la comparaison entre les deux. Si la cote de la main est meilleure que celle du pot, alors un bon joueur n'hésitera pas à relancer. Dans le cas contraire, il se serait couché. Cependant, le jeu devient sans intérêt si on ne prend jamais de risque.

Être un bon psychologue

Maîtrise de soi

Avoir de la maîtrise de soi, c'est rester impassible en toutes circonstances. Car l'expression lue sur le visage peut trahir les sentiments et traduire beaucoup de choses. Ceci peut servir d'arme aux adversaires. Il ne faut pas non plus laisser découvrir ses faiblesses que les adversaires tourneront volontiers à leurs avantages, mais plutôt maîtriser ses colères, ses tilts, ses peurs. Et on doit pouvoir changer de manière de jouer de temps à autre.

Connaître les autres

Il faut se concentrer sur son jeu. Cela ne veut pas dire "que sur son jeu". Il faut aussi observer les autres. Repérer leurs tics, leurs gestes répétés, leurs paroles selon les circonstances. C'est comme ça qu'on arrive à les interpréter et les traduire selon que leurs mains soient bonnes, mauvaises, ou intermédiaires c'est comme ça qu'on arrive à ne pas se laisser avoir par les coups de bluff. Un autre truc, mais qui est difficile à maîtriser, il faut le reconnaître, est de cerner les pensées des adversaires. Sont-ils contents de leurs mains? Que pensent-ils de moi, de mon jeu, de ma main? Ont-ils une idée de ce que je pense d'eux et de leurs mains? L'importance des réponses à ces questions, c'est pour pouvoir les embrouiller tous et bluffer.

Être un bon mathématicien

Apprendre et se souvenir

Il y a des choses qu'un joueur de poker a intérêt à apprendre et dont il doit se souvenir autant que possible. Apprendre à calculer la probabilité d'améliorer la main, par exemple la valeur de la chance de pouvoir obtenir une couleur au flop. Il est bon aussi de savoir calculer l'importance des "outs", c'est-à-dire le nombre de cartes qui amélioreraient la main. Et enfin, savoir calculer les cotes du pot, et évaluer celles de la main.

Évaluer les rapports risques/bénéfices

Après avoir calculé tous les paramètres conditionnant la possibilité d'un gain, après avoir mis en application les stratégies psychologiques, j'évalue les probabilités de perdre et celles de gagner, les probabilités que ma main puisse être meilleure que celles des autres. Après toutes ces réflexions, j'en arrive à la conclusion de relancer le jeu, car il est bon, ou de jouer un bluff car ils sont tous prêts à suivre et que ça augmentera mes gains ... ou de me coucher car je ne suis pas venu jouer pour perdre. Voilà ce que se dit le joueur de poker avisé.


Alex "10" Martinez à votre écoute!

Alex martinez live_chat
Vous avez une question à propos du poker?
Quelque soit votre niveau, Alex "10" Martinez, spécialiste dans l'apprentissage du poker, est à votre écoute du Lundi au Vendredi de 9h à 18h !
Close